Le Petit Moutard, le guide des sorties en famille et pour les enfants en France

Rentrée des classes, comment faire en sorte que les devoirs se fassent dans la bonne humeur ?

Publié le 6/09/2015 Posté par MVH
Flickr libre de droits

Comment souvent, tout est question d’organisation.

Si vous planifiez, organisez et ritualisez le moment des devoirs, une bonne partie du travail sera déjà faite. Ajoutez-y votre soutien, votre accompagnement et votre attitude positive et tout ira pour le mieux dans le meilleur de mondes.

Pause

Avant tout, sachez qu’entre la fin des cours et les devoirs, l’enfant a besoin de souffler, de se défouler, de se changer les idées. Prévoyez donc du temps pour le jeu, un peu de sport, un bol d’air frais…

Instaurer un « rituel des devoirs »

Au moment de se mettre au travail, tout comme pour le coucher des enfants, il est essentiel d’instaurer un « rituel des devoirs ». Définissez ensemble l’heure et l’endroit des devoirs. Sur la table à manger, vers 17h ou 18h est l’idéal au départ car vous pourrez être présent tout en commençant à préparer le repas.

Quand l’enfant grandit, vers 10 ou 11 ans, il peut avoir envie de travailler dans sa chambre, mais même dans ce cas, passez toujours en revue avec lui le travail accompli.

Veillez à ce que l’espace de travail soit suffisamment éclairé et à disposer de tout le matériel nécessaire : crayons, gomme, ciseau, feuilles de brouillon…

Quel rôle jouer en tant que parent ?

Rendez-vous disponible à l’heure des devoirs. Soyez présent pour votre enfant car il a besoin de vous pour structurer et organiser son travail, et pour valider ses réponses aux exercices. Il a également besoin d’être encouragé, félicité et soutenu.

Veillez à être positif, à encourager votre enfant dans ses efforts et à souligner ses progrès.
Ne soyez pas trop exigeant car votre enfant risque alors de perdre ses moyens à l’idée de vous décevoir.

Ayez également une attitude positive face aux devoirs imposés par l’enseignant quand vous discutez avec votre enfant afin de ne pas dévaloriser le travail et les décisions du professeur. Si vous trouvez que la charge de travail est trop importante (ou pas assez), prenez rendez-vous avec l’enseignant pour en parler directement avec lui.

Si un parent est plus fort en math et l’autre en français, répartissez-vous les tâches. Cela montre à votre enfant que chacun a ses forces et ses faiblesses.

Comment intervenir sans entraver son autonomie ?

Voyez ensemble la liste des exercices à faire et leçons à étudier, aidez-le à structurer son temps de travail, puis vaquez à vos activités, en restant disponible s’il a besoin d’aide. Enfin, vérifiez avec lui le travail effectué. Le but est de l’aider à gagner en autonomie. Accompagnez-le, entourez-le, mais ne l’assister pas et ne faites jamais ses devoirs à sa place.

Si votre enfant fait ses devoirs à l’étude, prenez le temps de passer ses réponses en revue en rentrant du travail le soir. Cela témoignera de votre implication et de votre intérêt pour le monde de votre enfant et vous permettra de rester au fait de ses difficultés éventuelles.

Quand recourir à un professeur particulier ?

Ne faites appel à des cours particuliers que si l’enseignant de votre enfant le préconise pour combler des lacunes. Ne succombez pas au perfectionnisme ou à vos propres angoisses d’échec car si vous prenez un professeur particulier dans ce contexte, votre enfant percevra comme message que vous êtes inquiet pour lui et ne lui faites pas confiance. Ne recourez à des leçons particulières qu’en cas de réel besoin.

Que faire en cas de crise ou de blocage ?

La bonne volonté de part et d’autre ne suffit pas toujours, et certains jours, les devoirs tournent au cauchemar. Dans ce cas, fermez les cahiers car s’acharner, c’est risquer de faire des devoirs un moment de tensions à répétition. Revenez-y plus tard ou le lendemain. De plus, au-delà d’½ heure ou 1 heure de travail, les enfants de moins de 12 ans ne parviennent plus à soutenir leur attention.

Quand faire un pas de côté ?

Généralement, au bout de cinq ans, à la fin de la cinquième primaire, l’enfant a acquis suffisamment d’autonomie et d’indépendance pour se débrouiller seul dans l’organisation de ses devoirs au quotidien. Gardez cependant un œil sur son travail et surtout restez disponible pour ses questions et attentif à ses progrès.

Bon travail !

 

Photo : (c) DR

Tout notre dossier "Rentrée des classes"

Découvrez tous les trucs, astuces et conseils du Petit Moutard pour la rentrée dans notre dossier "Rentrée des classes"





Autres articles dans la rubrique Rentrée des classes

Flickr libre de droits

Rentrée des classes, l'importance du sommeil de l'enfant

Dormir est aussi important que manger et respirer pour les enfants !

Lire la suite
Flickr libre de droits

Rentrée des classes, gouverner c'est prévoir

Un florilège de choses prévoir et organiser pour que le 1er semestre de cette année scolaire se déroule en toute sérénité.

Lire la suite
A lire aussi